samedi 22 septembre 2007

DOSSIER : les Chérisey Norroy 1230-1662

Nous avons l’habitude, pour porter les valeurs de la famille, de faire référence à nos aïeux croisés Renaud et Henry ainsi qu’à nos premiers marquis Louis I Louis II. Il est un personnage romanesque dont nous parlons peu mais qui a porté haut les valeurs chevaleresques de la famille ; il s’agit de Philippe II de Cherisey-Norroy. Je vais donc évoquer sa mémoire et parler de cette branche cadette dont il est issu.

Par suite de son alliance avec damoiselle de Norroy, dame de Port-sur-Seille, Renaud de Chérisey devint Seigneur de Norroy et de Port-sur-Seille. Henry +1380 , son fils, releva, en conservant ses propres armes, le nom de cette ancienne famille de Bar, qui s’éteignit avec les dernières descendances unies à Renaud.

Philippe II (1380-1450) fut chambellan et conseiller du duc de Bar est connu pour avoir scellé une union, sorte de chevalerie, avec les principaux seigneurs lorrains, pour vivre « en honneur et en paix » dans une période fort troublée ou le duc de Bar défendait ses territoires contre le duc de Lorraine, le Luxembourg et la ville de Metz.
Les guerres qui ravagèrent la région durant les vingt premières années du XVeme siècle, permirent à Philippe II, au service du duc de Bar de s’enrichir et de construire une nouvelle maison forte surpassant dans sa réalisation le château de Nomeny. Port-sur Seille était alors sur la frontière entre le duché de Bar et le duché de Lorraine et revêtait donc une certaine importance stratégique pour le duc de Bar.

C’est vraisemblablement en présence de Philippe II de Norroy à la maison forte de Port-sur-Seille, que fut signé par toute la chevalerie lorraine, le traité du 20 avril 1440, entre le roi de Sicile, duc de Lorraine et l’évêque Conrad Bayer de Boppart qui avait été capturé quelques mois plus tôt le 11 octobre 1439 au château d’Amance puis détenu dix semaines à Condé ( ch. de Custines ) par les troupes du duc de Bar, traité contre lequel il protesta dès qu’il fut libre.
C’est Antoine +1537 avec son frère qui fit reconstruire vers 1500 l’église de Port-sur-Seille. Protégé par le duc de Bar, Georges +1624, 3eme du nom, était en conflit permanent avec les religieux de Saint-Arnoul sur l’exercice des droits seigneuriaux. La cité de Metz essaya d’intercéder en la faveur de ces derniers mais sans succès.

Avec Georges s’est éteinte la lignée des Norroy, n’ayant laissé de son mariage avec dame de Vigneulles qu’une fille; le mariage d’Henriette de Norroy dernière descendante du lignage et Louis d’Ernecourt fit passer la seigneurie dans cette dernière maison, d’où elle vint aux Raigecourt, aux Ludre, aux Gournay puis au comte de Rosières qui vendit les terres au 19eme siècle.

Les Norroy ont fait alliance avec les Bayer de Boppart,Chenallier de Montreuil, Augy, Autel, Bassompierre, Celles, Chastenoy, Halt, Jussey, Ligneville, Lucy, Ludre, Ragaicourt, Saint Ignon, Serrières, Sorbey, Vigneulles, Ernecourt, Armoises, du Châtelet,Mory d’Aceno, et Clevant.

1 commentaire:

Vivian a dit…

Keep up the good work.